VIE DE L'ASSOCIATION/INFORMATIONS/ACTUALITES/LE MOT DU PRESIDENT

LE MOT DU PRESIDENT

EDITO MAI 2017

.
MODERNISONS NOTRE COMMUNICATION

Dans un de mes derniers éditos j'ai évoqué la nécessité de repenser notre communication, non pas pour satisfaire une mode mais essentiellement pour répondre à de nouveaux enjeux qui se présentent à nous. J'entends développer ici ma réflexion et vous sensibiliser à ce chantier pour lequel vous serez consultés.
Le bureau national de l'UNPRG est chargé d’élaborer un nouveau plan de communication. Les présidents départementaux seront associés à ces travaux et feront connaître leur conception de la stratégie qu’ils souhaiteraient voir être mise en place par l’association. Ils devraient à cette occasion vous consulter.
Communiquer, consiste à faire passer un message pour faciliter la compréhension d'une action ou d'un événement, à diffuser une idée mais aussi à corriger de fausses informations comme c'est de plus en plus fréquent. Cette fonction crée également du lien social et participe à donner une image professionnelle de notre association, facteur de notoriété. Elle permet de consolider la cohérence et la cohésion en interne, d'attirer de nouveaux membres, et enfin d'assurer notre représentativité auprès du public.
Notre site, vitrine des années 2000, a vécu. Nous devons le changer. En collaboration avec notre journal d’expression l’Essor, une étude est en cours pour sa conception. La priorité sera donnée à son potentiel de séduction, ce qui fait défaut à l’actuel site, victime de son âge. L’aspect visuel est très important dans les processus de conquête et de fidélisation des internautes. Il devra se distinguer des autres sites non institutionnels de la gendarmerie et apporter une image moderne et novatrice. Son accessibilité et sa navigation devront être pratiques et fonctionnelles, quelles que soient l'agilité de l'internaute et la capacité de ses équipements informatiques. Il devra être accessible à tous.
Notre page Facebook continuera d’accompagner le site car les réseaux sociaux sont devenus générateurs d’audiences importantes et indispensables. Ils sont complémentaires. La communication institutionnelle appartient à la Direction générale de la Gendarmerie. De son côté, l’UNPRG communique dans la limite de ses compétences et de ses prérogatives, conformément à la charte signée avec la DGGN. Son expression s’adresse à ses adhérents et à l’ensemble de la communauté de la gendarmerie, elle doit ainsi servir la cause de l’institution. Elle est également le trait d’union entre les veuves, les retraités et les actifs de l’institution.
Il existe évidemment plusieurs autres moyens de s'exprimer. En premier lieu, les supports papiers : notre journal d’expression l’Essor de la gendarmerie, premier journal de la gendarmerie, les courriers du siège national et des présidents départementaux, les bulletins d’informations des unions départementales, les 'flyers' ou tracts (éléments à développer par les UD), les agendas, les autocollants, les banderoles.
De même les partenariats et la participation aux forums des associations sont aussi des vecteurs de communication tout comme la présence de nos drapeaux dans les cérémonies patriotiques avec un jour, je l’espère, une uniformité dans la représentation de notre association par un équipement qui puisse nous distinguer. L’UNPRG s'est notablement professionnalisée dans l'éventail de ses activités et de ses services. Ainsi le travail social effectué dans les unions départementales est très important mais rarement mis en valeur. C’est pour cette raison, que je voudrais une communication plus ciblée car lorsqu’une association ne rayonne plus vers ses adhérents et ses partenaires, elle se referme peu à peu sur elle-même au risque d'entrer dans une régression fatale.
La mise en fonctionnement du nouveau site devra être effective avant la fin de l’année 2017. Des moyens financiers et humains supplémentaires accompagneront cette modernisation.
Modernisons nous donc, mais soyons attentifs car j'entends régulièrement nos camarades d'active se plaindre des excès de messagerie, d'informations futiles qui deviennent chronophages pour les exploiter. Aussi gardons à l'esprit cette maxime de Paulo Coelho : nous pouvons avoir tous les moyens de communication du monde, mais rien, absolument rien, ne remplace le regard de l'être humain.

Henri MARTINEZ

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2017

Le doute n’est plus permis, notre pays est confronté à une situation de guerre. Ce qui s’est produit les 13 Juin à Magnanville, le 14 Juillet à Nice et le 26 Juillet à Saint Etienne du Rouvray, démontre s’il fallait une nouvelle fois le confirmer, que les individus qui ont préparé et perpétré ces actes ont agi avec la seule volonté de tuer le plus grand nombre au nom d’une idéologie sectaire et obscurantiste. Cette nébuleuse terroriste n’est pas une armée, ni même une cohorte d’envoyés d’Allah mais un ramassis de déficients mentaux. Nos pertes sont importantes parce qu’elles touchent des innocents qui jouissaient de bonheurs simples. Rien ne pourra jamais justifier ces atrocités qui ont causé tant de peine à de nombreuses familles. Au nom de l’UNPRG, je m'incline devant la douleur des familles et je rends un hommage appuyé aux forces de l’ordre qui se dressent pour nous protéger. Pour l’UNPRG, 2016 a été une année riche en activité et en satisfactions : transfert du siège national, renouvellement de la convention avec l’Essor, signature de la charte des associations de la gendarmerie et de l’entente gendarmerie qui nous lie à huit autres associations, notre congrès national à Evian qui a été d'une grande tenue et ou des décisions importantes ont été prises. Enfin, notre élection au CSFM qui n'était pas gagnée d'avance, a prouvé notre crédit et notre influence. Le fil conducteur de notre association est l’esprit de corps. Cette solidarité est un sentiment que ressentent les hommes envers d’autres hommes, qui se sentent liés par une communauté d’intérêts. C’est dans cet état d’esprit que nous avons modifié nos statuts pour redonner aux personnels en activité leur place au sein de l'UNPRG. L’objectif prioritaire pour 2017, est le « recrutement des actifs »; car toute stratégie se construit sur une valeur de partage et un échange naturel de liens pour un résultat durable et gagnant. L’environnement social des armées évolue et il serait illusoire, voir risqué, de ne pas donner un nouveau souffle à notre mouvement. Pour garantir notre visibilité et développer notre image, nous devons accroître notre coopération avec notre journal d’expression l’ESSOR de la Gendarmerie. Notre légitimité et la reconnaissance de notre action sont acquises et se trouvent renforcées par les excellents rapports que nous entretenons avec la DGGN. Je souhaite que vous profitiez des fêtes de fin d’année au sein de vos familles et que vous reveniez pour 2017 avec l’envie et l’énergie nécessaire au rayonnement de notre association. Ma pensée va vers toutes les personnes souffrantes, celles qui sont plongées dans la maladie, la peine et les personnes seules. Le conseil d’administration national et moi-même, vous présentons nos meilleurs vœux pour 2017. Notre équipe est toujours aussi enthousiaste à vous servir. Puissiez-vous nous conserver toute votre confiance. Henri MARTINEZ Président national de l’UNPRG.

communication du Président National.

L'UNPRG était présente hier à l'hommage national rendu au Major Christian RUSIG, lâchement tué en service dans la nuit du 26 au 27 Novembre 2016 par un multirécidiviste interdit de séjour en Ariège. Le président de l'UNPRG était le seul président national d'association de la gendarmerie présent à cette cérémonie. Une délégation de l'UNPRG de l'Ariège avec le porte drapeau assistait à cette cérémonie. Le président national a conversé brièvement avec le Général d'Armée Richard LIZUREY, DGGN qui a remercié l'UNPRG de sa présence. La cérémonie a été d'une grande tenue avec la présence de la musique de la Gendarmerie Mobile et le discours du MININT a été remarquable. Le Major RUSIG a été élevé au grade de Chef d'Escadron et décoré à titre posthume de la Légion d'honneur et de la Médaille de la Gendarmerie. Cordialement Henri MARTINEZ

LA GALONITE

Le syndicat des cadres de la sûreté intérieure (SCSI) honnit les officiers de gendarmerie mais revendique le port de galons de lieutenant colonel ou de colonel pour ses officiers de police occupant des postes à responsabilités. A la fin des années 1990, dans le cadre de sa réforme des corps et carrières, la police nationale a transformé son corps de commissaires qui relevait de la catégorie A en corps de catégorie A+. Parallèlement, elle a fusionné deux corps de catégorie B en un seul, celui des inspecteurs et celui des officiers de paix, pour en faire un corps d'officiers de police à trois grades (lieutenant, capitaine et commandant) portant un galonnage identique aux armées, mais toujours en dessous de celui des commissaires. Dans les faits, avec environ 9000 officiers de police placés sous la direction de 1700 commissaires, les attributions des officiers sont celles d'un encadrement intermédiaire. En police judiciaire, un commandant de police encadre en général un groupe d'enquêteurs. En sécurité publique, un commandant échelon fonctionnel au sommet de sa carrière pourra diriger un petit commissariat dans une commune de 20 000 habitants (60 agents fonctionnant sur le régime des 3X8). Ces 2 fonctions type sont dévolues dans la gendarmerie à titre de comparaison à un major, lieutenant ou jeune capitaine (chef de groupe PJ ou commandant d'une communauté de brigades de taille comparable). Les officiers de police viennent d'obtenir une revalorisation de leur grille indiciaire amenant à terme un commandant fonctionnel divisionnaire (sa nouvelle appellation) en sommet de carrière à l'indice HEA 3 ( = colonel des armées 7 ans de grade). Tout en restant commandants, ces officiers prétendent désormais porter les galons dévolus aux lieutenants-colonels et colonels dans les armées, ce qui reviendrait à dire que placés au-dessus d'eux, les commissaires porteraient des galons de généraux dès leur sortie d'école. Une telle confusion est inacceptable pour les armées. Comment accepter qu'un commandant de police aux responsabilités limitées porte les mêmes galons qu'un commandant de porte avions, sous-marin nucléaire, base aérienne ou groupement de gendarmerie ? En s'appropriant il y a 20 ans les 3 premiers grades militaires pour des fonctions de niveau incomparable, ils ont utilisé ce levier pour s'exhausser dans la fonction publique, conduisant d'ailleurs en grande partie au déclassement des grades correspondants dans les armées. LAlors que le premier ministre vient d'admettre après arbitrage que l'assimilation à la catégorie A+ pour les armées commencerait à partir des grades d'officier supérieur, les officiers subalternes étant assimilés à la catégorie A, accepter que des commandants de police portent des galons de lieutenant-colonel et colonel tout en restant dans la catégorie A conduira demain à ramener les officier supérieurs des armées dans la seule catégorie A. Cet impact sera désastreux pour les militaires au sein même du MINDEF vis à vis des corps civils (attachés et administrateurs civils notamment). L'argument selon lequel les pompiers civils portent déjà des galons de lieutenant-colonel et colonel pour justifier ceux de la police n'est pas recevable. Les pompiers civils ont une hiérarchie reposant uniquement sur 5 grades de lieutenant à colonel que l'on franchit un à un. Un colonel de pompier est directeur d'un service départemental au même titre qu'un colonel commandant de groupement de gendarmerie. Sans être totalement identiques, les niveaux fonctionnels à même appellation restent comparables, ce qui ne peut être le cas pour la police. Si la police veut créer des grades de lieutenant colonel et colonel, au-dessus de ceux de commandant, il lui appartient de supprimer son corps de commissaires en le fusionnant avec celui des officiers, ce que veulent en fait les officiers de police mais en aucun cas les commissaires. Le recrutement direct se fait à bac + 3 pour les officiers de police, à bac + 5 pour les commissaires tout comme les recrutements directs dans les corps militaires d'officiers. Ils ne peuvent donc admettre d'être déclassés. Croire que ce débat ne concernerait que les officiers serait réducteur : le déclassement des officiers des armées est de nature, par effet cascade induit, à déclasser tous les sous-officiers et militaires du rang au sein de la fonction publique. Le SCSI ne craint pas de voir se construire une hiérarchie d'opérette ! Il devrait savoir qu'on ne fait pas de champagne avec du mauvais vin. Henri MARTINEZ Président national

ELECTIONS AU CONSEIL SUPERIEURE DE LA FONCTION MILITAIRE (CSFM)

Parmi les objectifs fixés au congrès d'Evian pour les années 2016-2018, figurait notre maintien au sein du conseil supérieur de la fonction militaire. En effet, la nouvelle composition du CSFM prévoit trois associations de retraités militaires élues par leurs pairs au lieu de sept actuellement désignées. Notre engagement est tenu. Le Conseil Permanent des Retraités Militaires (CPRM), s’est réuni en conseil extraordinaire à Paris le 26 Octobre 2016 au ministère de la défense pour l’élection des trois associations qui représenteront les retraités militaires au CSFM. En amont de cette élection, une entente avait été conclue dans le courant du mois de mars 2016 entre le président de la FNRG et moi-même afin qu’une association de retraités de la gendarmerie puisse se donner les chances d'être représentée au sein du CSFM. Il était entendu que l’UNPRG siège en qualité de titulaire, la FNRG en tant que suppléante et vice versa lors du renouvellement de l’instance. Le 31 Mars 2016, au cours d’une réunion à Paris, nous avons annoncé en commun notre projet aux généraux FAVIER et LIZUREY qui l'ont approuvé. Quelques jours après l’annonce de cet accord aux autorités de la gendarmerie, le président de la FNRG me signifiait que son organisation n'acceptait plus ce dispositif. Le candidat désigné de la FNRG s'est alors empressé de faire du lobbying par l’envoi d’un courrier à l’ensemble des associations membres du CPRM, arguant que lui seul et deux autres représentants d’associations étaient à même de représenter les retraités au CSFM. Les propos spécieux contenus dans cette lettre, nous ont obligé à rappeler aux autres associations du CPRM que nous étions majoritaires au sein de la gendarmerie, signe de la confiance qui nous est accordée depuis longtemps, et ce faisant, les plus à même de porter les intérêts des membres de l'institution. Au final, notre représentant Jean-François STEPHAN a été élu au sein du CSFM et la FNRG a été abandonnée par ses soutiens. Les actions menées en commun avec Gérard SULLET ont été déterminantes dans cette affaire mais aussi grâce à l'estime dont Gérard jouit auprès des membres du CPRM. Cette péripétie porte atteinte à la crédibilité de la FNRG et nous le regrettons. Même si la victoire vient récompenser nos efforts, nous devons faire preuve de magnanimité car l’entente gendarmerie doit vivre sans qu’il y ait de l’animosité en interne. J’ai adressé un courrier au président de la FNRG pour lui proposer d’ouvrir des discussions pour envisager un rapprochement de nos associations qui pourrait pourquoi pas, si les conditions sont réunies, aboutir à une fusion. Dans cette lettre, j’ai également dénoncé le protocole signé par les deux associations le 31 Mai 1969 qui est devenue obsolète depuis l’émergence de l’entente gendarmerie composée à présent de neuf associations. Sans ostracisme, l’UNPRG poursuivra la défense de l'ensemble des veuves et des retraités militaires quelle que soit l’association dont ils dépendent. Je sais pouvoir compter sur le dévouement et l’engagement des présidents départementaux et des administrateurs nationaux. Henri MARTINEZ Président national

Texte

Titre