ELECTIONS AU CONSEIL SUPÉRIEURE DE LA FONCTION MILITAIRE (CSFM)

Parmi les objectifs fixés au congrès d’Evian pour les années 2016-2018, figurait notre maintien au sein du conseil supérieur de la fonction militaire. En effet, la nouvelle composition du CSFM prévoit trois associations de retraités militaires élues par leurs pairs au lieu de sept actuellement désignées. Notre engagement est tenu. Le Conseil Permanent des Retraités Militaires (CPRM), s’est réuni en conseil extraordinaire à Paris le 26 Octobre 2016 au ministère de la défense pour l’élection des trois associations qui représenteront les retraités militaires au CSFM.

En amont de cette élection, une entente avait été conclue dans le courant du mois de mars 2016 entre le président de la FNRG et moi-même afin qu’une association de retraités de la gendarmerie puisse se donner les chances d’être représentée au sein du CSFM. Il était entendu que l’UNPRG siège en qualité de titulaire, la FNRG en tant que suppléante et vice versa lors du renouvellement de l’instance. Le 31 Mars 2016, au cours d’une réunion à Paris, nous avons annoncé en commun notre projet aux généraux FAVIER et LIZUREY qui l’ont approuvé. Quelques jours après l’annonce de cet accord aux autorités de la gendarmerie, le président de la FNRG me signifiait que son organisation n’acceptait plus ce dispositif. Le candidat désigné de la FNRG s’est alors empressé de faire du lobbying par l’envoi d’un courrier à l’ensemble des associations membres du CPRM, arguant que lui seul et deux autres représentants d’associations étaient à même de représenter les retraités au CSFM.

Les propos spécieux contenus dans cette lettre, nous ont obligé à rappeler aux autres associations du CPRM que nous étions majoritaires au sein de la gendarmerie, signe de la confiance qui nous est accordée depuis longtemps, et ce faisant, les plus à même de porter les intérêts des membres de l’institution. Au final, notre représentant Jean-François STEPHAN a été élu au sein du CSFM et la FNRG a été abandonnée par ses soutiens. Les actions menées en commun avec Gérard SULLET ont été déterminantes dans cette affaire mais aussi grâce à l’estime dont Gérard jouit auprès des membres du CPRM. Cette péripétie porte atteinte à la crédibilité de la FNRG et nous le regrettons. Même si la victoire vient récompenser nos efforts, nous devons faire preuve de magnanimité car l’entente gendarmerie doit vivre sans qu’il y ait de l’animosité en interne.

J’ai adressé un courrier au président de la FNRG pour lui proposer d’ouvrir des discussions pour envisager un rapprochement de nos associations qui pourrait pourquoi pas, si les conditions sont réunies, aboutir à une fusion. Dans cette lettre, j’ai également dénoncé le protocole signé par les deux associations le 31 Mai 1969 qui est devenue obsolète depuis l’émergence de l’entente gendarmerie composée à présent de neuf associations. Sans ostracisme, l’UNPRG poursuivra la défense de l’ensemble des veuves et des retraités militaires quelle que soit l’association dont ils dépendent. Je sais pouvoir compter sur le dévouement et l’engagement des présidents départementaux et des administrateurs nationaux.

Henri MARTINEZ
Président National de l’UNPRG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents

Archives

Catégories