Compte-Rendu de la réunion du 06 avril 2018

Entretien du 06 avril 2018 avec M. le Contrôleur Général des Armées Lucas, Directeur de Cabinet de Madame Darrieussecq, Secrétaire d’Etat auprès de Madame le Ministre des Armées.

A l’occasion d’une réception, J-M Bernard, secrétaire général du COMAC, a eu l’occasion d’évoquer les caractéristiques de notre association avec le Contrôleur Général Lucas.

Le Contrôleur Général exerce les fonctions de Directeur du Cabinet de Madame Darrieussecq, qui elle-même Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Armées, est chargée notamment de tout ce qui concerne les retraités.

Intéressé par le caractère de coordination libre qui caractérise le COMAC, le Contrôleur Général Lucas a bien voulu en recevoir les administrateurs.

Cette réunion qui a eu lieu le 6 avril dernier Rue St Dominique. Elle s’est tenue sans formalisme particulier, dans une ambiance sympathique et détendue, dont le Contrôleur Général a été chaleureusement remercié par un courrier quelques jours après.

Deux sortes de sujets ont été abordés :

  • Qu’est-ce que le COMAC ? quelles relations pourront-ils avoir avec le Cabinet ?

  • D’ores et déjà quelles questions est-il amené à poser au Contrôleur Général Lucas ?

– Qu’est que le COMAC ?

Cette association (Loi 1901) a pour objet principal d’établir dans la plus grande liberté une sorte de coordination informelle d’associations de retraités spécifiques (liste jointe) dont les représentants peuvent ainsi mieux se connaitre et adopter lorsque c’est nécessaire des positions constructives communes. Il est donc essentiel que les autorités compétentes connaissent le COMAC.

Ces associations sont :

  • L’association des officiers de la Marine (AOM)

  • L’association nationale des officiers de carrière en retraite (ANOCR)

  • La confédération nationale des retraités militaires et de leurs conjoints (CNRM)

  • La fédération nationale des officiers mariniers en retraite et veuves (FNOM)

  • La fédération nationale des retraités de la gendarmerie (FNRG)
  • L’union des personnels et retraités de la gendarmerie (UNPRG)

  • L’union nationale des sous-officiers en retraite (UNSOR)

A cet égard les administrateurs ont souligné qu’ils sont disponibles pour s’exprimer auprès du Cabinet ainsi qu’auprès des instances compétentes de la représentation nationale. Leur interlocuteur les a bien entendues : la qualité de son accueil en est un témoignage.

Par ailleurs, il interviendra auprès de la Commission de la Défense nationale de l’Assemblée Nationale qui recevait, au moins une fois par an, les associations représentatives de retraités militaires et semble avoir « oublié » depuis avril 2015, cet usage utile et constructif.

Quels sujets d’actualité à l’occasion de cette réunion le COMAC pourrait-il aborder devant le Contrôleur Général Lucas ?

Il s’agit essentiellement :

1°) du pouvoir d’achat des retraités et des conjoints survivants.

Le pouvoir d’achat des retraités a été diminué au cours des dernières années. La hausse (1,7%) de la CSG l’explique en grande partie. Le Contrôleur Général Lucas répond aux questions très convergentes de ses interlocuteurs du COMAC, en exposant la doctrine officielle selon laquelle cette hausse devait être le plus souvent compensée par la suppression de la taxe d’habitation.

Le pouvoir d’achat des conjoints survivants se limite le plus souvent à une simple pension de réversion. En effet le déroulement de carrière des militaires ne facilite pas (mutations, instabilité géographique, règles particulières à certains cas) pour leurs épouses la poursuite d’une carrière personnelle dans le secteur public ou privé et donc l’apport d’une retraite personnelle en sus d’une pension de réversion.

Les membres du COMAC ont donc insisté sur le rôle de cette pension de réversion dans les conditions aujourd’hui traditionnelles.

Ils ont également souligné l’importance de l’action – mal connue – des services sociaux des armées, à l’égard des personnes qui se trouvent dans des conditions de précarité.

Le Contrôleur Général a répondu qu’il interviendrait pour que des informations complètes et précises sur ce sujet soient communiquées aux associations.

2°) pensions militaires d’invalidité – Harmonisation

Les indices de ces pensions n’étaient pas les mêmes selon qu’ils s’appliquaient à des sous-officiers ou à des officiers mariniers. Cette différence a été abolie par le Décret 2010-473 du 10 mai 2010 qui s’applique aux pensions accordées à partir du 12 mai 2010.

Le COMAC a demandé que les pensions versées avant cette date soient elles aussi harmonisées.

Le Contrôleur Général a répondu qu’il ferait étudier cette requête.

3°) Service National Universel (SNU)

Les membres du COMAC soulignent que le SNU a déjà fait l’objet – à tous les niveaux, y compris au plus élevé – de communications nombreuses. Ils demandent donc à leur interlocuteur une synthèse, même simplifiée, sur ce projet.

La réponse aborde la définition du projet et l’articulation des idées maitresses, susceptibles de permettre sa mise en œuvre.

La définition de ce « grand chantier » du quinquennat est celle d’un service requérant des jeunes entre 16 à 25 ans, et un engagement entre trois et six mois, sur une ou plusieurs périodes, au service de la Nation.

Ceci pour des raisons de « brassage » dans un esprit à la fois de solidarité, de cohésion, de lutte contre l’illettrisme et les radicalismes ainsi que dans un souci de mieux, leur faire connaître les moyens de protection (armées, police, grands services publics) qui œuvrent déjà dans cet esprit.

—————-0————–

Conclusion : l’accueil réservé par M. le Contrôleur Général Lucas Directeur de Cabinet de Madame Darrieussecq, Secrétaire d’Etat auprès de Madame le Ministre des Armées, aux administrateurs du COMAC, a permis et permettra, nous l’espérons, de franchir un pas en direction d’une consultation accrue et libre. Le COMAC l’en remercie.

Le secrétaire général

JM Bernard

 

Entretien du 06 avril 2018 avec M. le Contrôleur Général des Armées Lucas, Directeur de Cabinet de Madame Darrieussecq, Secrétaire d’Etat auprès de Madame le Ministre des Armées.

A l’occasion d’une réception, J-M Bernard, secrétaire général du COMAC, a eu l’occasion d’évoquer les caractéristiques de notre association avec le Contrôleur Général Lucas.

Le Contrôleur Général exerce les fonctions de Directeur du Cabinet de Madame Darrieussecq, qui elle-même Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Armées, est chargée notamment de tout ce qui concerne les retraités.

Intéressé par le caractère de coordination libre qui caractérise le COMAC, le Contrôleur Général Lucas a bien voulu en recevoir les administrateurs.

Cette réunion qui a eu lieu le 6 avril dernier Rue St Dominique. Elle s’est tenue sans formalisme particulier, dans une ambiance sympathique et détendue, dont le Contrôleur Général a été chaleureusement remercié par un courrier quelques jours après.

Deux sortes de sujets ont été abordés :

  • Qu’est-ce que le COMAC ? quelles relations pourront-ils avoir avec le Cabinet ?

  • D’ores et déjà quelles questions est-il amené à poser au Contrôleur Général Lucas ?

– Qu’est que le COMAC ?

Cette association (Loi 1901) a pour objet principal d’établir dans la plus grande liberté une sorte de coordination informelle d’associations de retraités spécifiques (liste jointe) dont les représentants peuvent ainsi mieux se connaitre et adopter lorsque c’est nécessaire des positions constructives communes. Il est donc essentiel que les autorités compétentes connaissent le COMAC.

Ces associations sont :

  • L’association des officiers de la Marine (AOM)

  • L’association nationale des officiers de carrière en retraite (ANOCR)

  • La confédération nationale des retraités militaires et de leurs conjoints (CNRM)

  • La fédération nationale des officiers mariniers en retraite et veuves (FNOM)

  • La fédération nationale des retraités de la gendarmerie (FNRG)
  • L’union des personnels et retraités de la gendarmerie (UNPRG)

  • L’union nationale des sous-officiers en retraite (UNSOR)

A cet égard les administrateurs ont souligné qu’ils sont disponibles pour s’exprimer auprès du Cabinet ainsi qu’auprès des instances compétentes de la représentation nationale. Leur interlocuteur les a bien entendues : la qualité de son accueil en est un témoignage.

Par ailleurs, il interviendra auprès de la Commission de la Défense nationale de l’Assemblée Nationale qui recevait, au moins une fois par an, les associations représentatives de retraités militaires et semble avoir « oublié » depuis avril 2015, cet usage utile et constructif.

Quels sujets d’actualité à l’occasion de cette réunion le COMAC pourrait-il aborder devant le Contrôleur Général Lucas ?

Il s’agit essentiellement :

1°) du pouvoir d’achat des retraités et des conjoints survivants.

Le pouvoir d’achat des retraités a été diminué au cours des dernières années. La hausse (1,7%) de la CSG l’explique en grande partie. Le Contrôleur Général Lucas répond aux questions très convergentes de ses interlocuteurs du COMAC, en exposant la doctrine officielle selon laquelle cette hausse devait être le plus souvent compensée par la suppression de la taxe d’habitation.

Le pouvoir d’achat des conjoints survivants se limite le plus souvent à une simple pension de réversion. En effet le déroulement de carrière des militaires ne facilite pas (mutations, instabilité géographique, règles particulières à certains cas) pour leurs épouses la poursuite d’une carrière personnelle dans le secteur public ou privé et donc l’apport d’une retraite personnelle en sus d’une pension de réversion.

Les membres du COMAC ont donc insisté sur le rôle de cette pension de réversion dans les conditions aujourd’hui traditionnelles.

Ils ont également souligné l’importance de l’action – mal connue – des services sociaux des armées, à l’égard des personnes qui se trouvent dans des conditions de précarité.

Le Contrôleur Général a répondu qu’il interviendrait pour que des informations complètes et précises sur ce sujet soient communiquées aux associations.

2°) pensions militaires d’invalidité – Harmonisation

Les indices de ces pensions n’étaient pas les mêmes selon qu’ils s’appliquaient à des sous-officiers ou à des officiers mariniers. Cette différence a été abolie par le Décret 2010-473 du 10 mai 2010 qui s’applique aux pensions accordées à partir du 12 mai 2010.

Le COMAC a demandé que les pensions versées avant cette date soient elles aussi harmonisées.

Le Contrôleur Général a répondu qu’il ferait étudier cette requête.

3°) Service National Universel (SNU)

Les membres du COMAC soulignent que le SNU a déjà fait l’objet – à tous les niveaux, y compris au plus élevé – de communications nombreuses. Ils demandent donc à leur interlocuteur une synthèse, même simplifiée, sur ce projet.

La réponse aborde la définition du projet et l’articulation des idées maitresses, susceptibles de permettre sa mise en œuvre.

La définition de ce « grand chantier » du quinquennat est celle d’un service requérant des jeunes entre 16 à 25 ans, et un engagement entre trois et six mois, sur une ou plusieurs périodes, au service de la Nation.

Ceci pour des raisons de « brassage » dans un esprit à la fois de solidarité, de cohésion, de lutte contre l’illettrisme et les radicalismes ainsi que dans un souci de mieux, leur faire connaître les moyens de protection (armées, police, grands services publics) qui œuvrent déjà dans cet esprit.

—————-0————–

Conclusion : l’accueil réservé par M. le Contrôleur Général Lucas Directeur de Cabinet de Madame Darrieussecq, Secrétaire d’Etat auprès de Madame le Ministre des Armées, aux administrateurs du COMAC, a permis et permettra, nous l’espérons, de franchir un pas en direction d’une consultation accrue et libre. Le COMAC l’en remercie.

Le secrétaire général

JM Bernard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives

Catégories